LE GRAND LION.....V.HUGO

Timbre offert par Josya

http://perso.wanadoo.fr/lerefugedejosya/

que je remercie

VICTOR HUGO

'Le  Grand Lion..'

ou

L'Art d'être grand-père..

 

C'est ainsi que vous nommaient vos petits enfants Jeanne et Georges Monsieur Victor Hugo ! Moi aussi j'avais un grand-père qui se nommait Alphonse c'est grâce à lui que je fis votre connaissance  dans un livre que j'ai encore déposé en Juillet 1930..ouvrage soumis à la censure militaire est il imprimé au dos de mon vieux livre jaunis que Mélissa une de mes petite fille a consulté récemment !

Je vous trouvais beau mais qu'est ce que vous m'impressonniez...tout comme vos pages lues et relues tant de fois par Alphonse et moi même! Trop petite pour comprendre je lisais avidemment ces Monuments de votre belle écriture....J'avais souvent recours à mon grand-père qui patiemment m'expliquait  ces pages qui me fascinaient...Souvent je mettais le livre à sa place  sur l'étagère du fournil où il trônais ( Alphonse était boulanger et Amoureux des Livres il n'avait rien trouvé de mieux de le placer là ...Il se délectait de vos écrits  aprés la mise au four...)Belle compagnie pour un boulanger de campagne !Moi je grandissais entre le fournil , les jardins et le Livre qui m'intriguait tant puisque sitôt mis en pénitence par mes soins...... je ne tardais pas à le reprendre pour y plonger à nouveau !

Lorsque j'ai découvert que 'Jeanne était mise au pain sec' je fus peinée par tant de cruauté....

'Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir

Pour un crime quelconque, et , manquant au devoir ,

 J'allais voir la proscrite en pleine forfaiture

Et lui glissais dans l'ombre un pot de confiture....'

 Cette belle complicité entre votre petite fille Jeanne et vous même me fit un bien fou...Aujourd'hui je vous avoue que certains de vos écrits me faisaient peur  ! Avec' Notre Dame de Paris'... je  dansais entre Esméralda et  sa chêvre.... plaignais de tout mon coeur Quasimodo qui me séduisait.. Evidemment je lisais avec Alphonse ou il lisait pour moi....

'Les Misérables ' m'impressonnaient..Si je pleurais avec Cosette ...je chantais allègrement avec Gavroche dont je me sentais solidaire..

'Si j'suis tombé par terre c'est la faute à Voltaire..'..sacré Voltaire je lui en voulais terriblement d'avoir fait  tomber  mon copain que j'aimais bien...

Dans ma tête et mon coeur d'enfant Ils faisaient partie de ma vie....

 Je ne doute pas un instant que si en ce Bel Aujourd'hui ....  j'écris vous n'y êtes pas étranger monsieur Victor Hugo.. j'ai pris à vous lire au fil du temps le goût des Belles Lettres....mais n'en ai pas le talent !

Alphonse mon grand-père vous nommait

'Le Père Hugo.'.

 Jeanne qui n'est pas au 'pain sec'!

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site